En 2014, le cinéaste de l’absurde, Jean-Jacques Rousseau, vivait un scénario digne d’un de ses films. Rejoignant le firmament, il laisse derrière lui une communauté de saltimbanques dévouée et terrassée. Nous avons rencontré Cimon Pança, assistant et bras gauche du réalisateur. Il évoque pour Sixmille.BE la mémoire de Jean-Jacques et le projet JJR Tour destiné à la gloire du cinéaste maudit.

Derrière son masque de cambrioleur et habillé de son éternel T-shirt éponyme, Cimon Pança nous rejoint dans un endroit tenu secret à Charleroi. Dès son entrée, l’émotion est palpable. La seule idée d’évoquer ensemble Jean-Jacques Rousseau fait apparaître son âme dans ce petit hall sombre et chaleureux.

« Je suis le bras gauche, le lieutenant, l’assistant réalisateur du cinéaste de l’absurde, Jean Jacques Rousseau », se présente Cimon. Pendant douze années de folies cinématographiques, et avec toute leur Cour des Miracles, « nous avons révolutionné le cinéma forain dans la région de Charleroi, à Courcelles », explique-t-il. « Ensemble nous avons tourné une quinzaine de films plus fous et plus géniaux les uns que les autres ».

© Séverine Bailleux

Jean-Jacques, un mythe

À un moment de son parcours artistique, le réalisateur a décidé de cacher son visage derrière un masque. « Pour se protéger des forces obscures qui pouvaient entourer sa création, et sous les conseils de Noël Godin, il a commencé à porter une cagoule », révèle Cimon. Inspiré de légendes indiennes, il a trouvé dans cette dissimulation une façon de préserver son âme.

Fête des « Amis de JJR »

« Sympathisants, figurants, acteurs, producteurs, cascadeurs, techniciens… vous qui avez connu de près ou de loin l’univers de JJR, bienvenue ! » Cet appel, c’était l’invitation à rejoindre l’événement du 2 avril au Rockerill, entre personnes ayant collaboré avec JJR. Un passage en revue des moments chocs au travers d’anecdotes a emmené le public dans un tourbillon d’émotions, d’amour, de partage. « Partout où il passait, il laissait une trace indélébile. Il avait une telle force mentale qu’il attirait les ondes, tel un aimant. Même ceux qui ne l’ont connu que dix minutes s’en souviennent encore », indique Cimon.

© Séverine Bailleux

JJR Tour

Entouré d’une troupe d’amis et de sympathisants, Cimon Pança a l’ambition de « faire revivre le cinéma de Jean-Jacques dans un JJR Tour. L’objectif est de recenser l’intégrale des films de Jean-Jacques et de les proposer à la diffusion. En effet, il n’y a rien de pire pour les cinéastes que leurs films ne soient pas vus ».

Frappé d’un accident mortel aussi absurde qu’un scénario d’un de ses films, Jean-Jacques a rejoint le Royaume des Cinéastes. Et pour qu’il reste vivant à jamais, c’est à nous, amis, diffuseurs, public, que revient la mission de tenir ses films éloignés de l’oubli.

Pour retrouver toutes les infos sur Jean-Jacques Rousseau et suivre les dates du JJR Tour :

  • Page Facebook : Jean-Jacques Rousseau, cinéaste de l’absurde – @JJRofficiel
  • Site Internet : infoJJR.be

Ecoutez l’intégralité de l’entretien avec Cimon

Interview : Sophia Walravens