Ilario Spampinato est un jeune humoriste de la région du Centre. Récemment, il vient de tourner son premier court-métrage.

Ilario, comment as-tu démarré ta passion artistique ?

J’ai commencé au théâtre à l’âge de 6 ans, dans une troupe amateur du côté de Chapelle-lez-Herlaimont. On écrivait tout ensemble. Au fil du temps, on a évolué avec les pièces qu’on faisait, souvent des petits sketches. J’ai fait ça pendant six ans avec eux. J’ai ensuite intégré « L’école du rire » avec Sum et Freddy Tougaux. Le but était d’initier les jeunes au métier d’humoriste. J’avais 14 ans lorsque j’ai intégré l’école du rire. On nous a initiés au métier d’humoriste que je ne connaissais pas et ça m’a plu tout de suite.

Tu avais une liberté de création ?

Oui, tout à fait, il y avait des professeurs pour travailler les textes avec nous. J’avais déjà un humour noir à l’époque et j’abordais des thèmes un peu spéciaux pour mon âge. Je n’ai plus vraiment tenu compte des remarques qu’on me faisait. Quand je voyais les gens hyper contents, je lâchais quand même mes vannes !

Tu crées ensuite ton propre spectacle…

Entre-temps, j’ai joué deux pièces de théâtre. Pour diverses raisons personnelles, j’ai quitté la troupe et j’ai commencé à écrire mon one-man-show qui était déjà en préparation.

Un petit mot sur ton spectacle « Certains m’aiment drôle », dont le titre est un clin d’œil à ta passion pour Marilyn Monroe.

C’est un one man show musical, j’y interprète quatre chansons et je suis accompagné de danseuses. Mon metteur en scène Jean Plaisant m’a bien aiguillé, la collaboration était formidable.

Quelles sont les thématiques de ce spectacle ?

Ce sont des thèmes liés à l’actualité. Dans un sketch, je joue le rôle d’un prêtre qui fait des allusions sexuelles à la messe. C’est plutôt une caricature. Je parle des relations entre les êtres humains. Je joue une institutrice dépressive, un gynécologue, etc. Je suis quelqu’un qui observe énormément. J’analyse tout le temps, je peux tirer quelque chose de drôle d’une situation anodine. J’évite de regarder ce que les autres humoristes font.

Pas de modèle en particulier ?

J’aime beaucoup certaines humoristes. J’admire énormément Valérie Lemercier. On se ressemble car on touche à beaucoup de choses. J’aime beaucoup Chantal Ladesou aussi.

Une prochaine date à annoncer ?

Je joue le 18 février 2023 à Carnières.

Un premier court-métrage

Tu viens également de tourner ton premier court-métrage, « Passion », qui raconte la vie d’un acteur sur la pente descendante dans les années 1960.

Mon but dans la vie, c’est le cinéma. J’ai enregistré trois musiques dont une qui s’appelait « Passion ». A la base, je voulais faire un clip vidéo et j’ai proposé à Margaux (Colarusso) de jouer dedans. Elle a lu le scénario et elle a dit oui tout de suite. Son compagnon, Brandon Gotto, l’a lu aussi et de là est partie l’idée d’en faire un court-métrage qui se déroule vers l’année 1962.

Tu travailles également sur un projet de BD consacrée à Marilyn.

J’ai actuellement atteint les 110 pages. Je suis absolument fan d’elle. Les BD qui existent sur elle ne sont pas toujours très réalistes. Je voulais un dessin très réaliste. Le scénario est basé sur la dernière interview qu’elle a accordée à Paris Match.

D’où te vient cette passion ?

Le premier contact avec Marilyn a eu lieu chez Cora ! Il y avait une vitrine avec des figurines dont une la représentant. Ensuite, j’ai regardé une série de films documentaires sur elle à la télévision. J’ai vu « Rivière sans retour » et je suis tombé complètement amoureux d’elle. C’est une femme qui était très en avance sur son époque. La BD sortira l’année prochaine.

Dossier de presse

Chroniqueur : Thomas Léodet
Photos : Gwendoline Potvin et DR

Tu vas kiffer aussi

La belle course de Dany Boon est passée par Charleroi

La belle course de Dany Boon est passée par Charleroi

Sixmille.be a un an : ça se fête !

Sixmille.be a un an : ça se fête !

Entre électro, rap et pop, Scène sur Sambre, le retour en force !

Entre électro, rap et pop, Scène sur Sambre, le retour en force !

Mono Siren, pour un concert dans la moiteur d’un soir d’été…

Mono Siren, pour un concert dans la moiteur d’un soir d’été…

Eté Divert’, c’est parti !

Eté Divert’, c’est parti !

Fête de la musique électro à Compo

Fête de la musique électro à Compo

High Trees, nouvelle pousse musicale à découvrir

High Trees, nouvelle pousse musicale à découvrir

Un livre pour se sublimer

Un livre pour se sublimer

Jean-Jacques Rousseau, à jamais vivant

Jean-Jacques Rousseau, à jamais vivant

Something is rotten in the state of Denmark, but… pas dans cette version d’Emmanuel Dekoninck

La mécanique de la biodiversité

La mécanique de la biodiversité

Gravidam, le dernier-né de Brandon Gotto

Gravidam, le dernier-né de Brandon Gotto

Femmes de Mars - Les femmes s'en mêlent

Femmes de Mars - Les femmes s'en mêlent

Catherine Jandrain, la belle imprévue venue des States

Catherine Jandrain, la belle imprévue venue des States

Les Femmes de Mars en action

Les Femmes de Mars en action

Si les cinés de Charleroi nous étaient contés

Si les cinés de Charleroi nous étaient contés