De la lumière dans l'obscurité

Du 10 au 12 février, Vinz Cent exposait son travail intense, libre et décalé. Des visages parfois drôles, parfois sombres emmènent le public dans un voyage qui l’invite à s’y retrouver.

Rencontre avec Vinz Cent.

Sixmille.be : On rentre dans ton univers… Et on pourrait être tentés de te demander si tu te définis dans un style.
Je ne pense pas avoir spécialement un style qui se rapporte à quelque chose qui existe. C'est en tout les cas ce qu'on me fait parvenir… Je pense que c'est tellement spontané, et puis, comme je n'ai pas de bases artistiques, je n'ai pas de structures. C’est vraiment tout ce qui sort de mes tripes que je tape dessus donc apparemment, ce ne serait pas relié à quelque chose de très précis donc voilà… me donner un style, c'est complètement difficile.

Tu dis que tu n'as pas de formation artistique, que t'es un vrai autodidacte. Est-ce qu'il y a eu un déclic à un moment donné qui t’a fait te lancer?
Ça oui ! Pour la petite histoire, on a fait isoler le grenier chez ma nana. Et puis, vu que je fais de la musique, j'ai commencé à monter le son là-haut. Et puis j'ai des amis artistes qui ont décidé de faire une fresque. Je me sentais un peu bête de rester tout seul pendant qu’ils dessinaient , donc voilà, je me suis dit, allez, moi aussi je vais dessiner. Et voilà, j'ai commencé sur la mousse d’isolation. Et puis vu que je n'étais pas artiste peintre, j'avais aucun support, aucun matériel. J'avais une vieille armoire qui était là, qui traînait, et j'avais un graveur, enfin un espèce de couteau, et puis une peinture qui restait des murs de la maison. Et puis voilà, j'ai commencé à l'étaler, et puis j'ai commencé à dessiner, ça m’est venu comme ça. Depuis je n'arrête pas et ça va faire une petite année maintenant. Et je sens que ça évolue.

Et pourquoi tu peins en fait? Qu'est-ce qui anime ta passion?
Je pense que c'est ce que j'ai dans mon dans mon esprit qui anime ma passion. C’est encore complètement nouveau pour moi. Ce qui m'anime vraiment, c'est de pouvoir exprimer tout ce que j'ai à l'intérieur de moi sur une planche. Je ne l'avais jamais imaginé avant. Et donc ouais, ce qui m’anime, c'est la surprise, surtout. C'est pas que je décide ce que je vais dessiner! J’y vais vraiment au fur et à mesure. Je vois des choses et je les dessine. Je suis surpris au fur et à mesure. Ce qui me motive c'est que justement ça me surprend moi- même. Et donc à chaque fois que je sors quelque chose, ça me met beaucoup d'émotions. Ouais, le fait d'être surpris de voir ce qui sort de moi, c'est ça qui me motive.

Et donc on peut dire que tu es habité par beaucoup de visages…
Ben ouais, on peut dire ça, un peu comme tout le monde. Je pense qu'on est entouré d’énormément de gens, qu’on connaît, qu'on ne connaît pas. C’est important que cet univers soit là parce que c'est ce que je fréquente le plus souvent. On est toujours en train de voir des gens. Et puis c’est comique de faire leurs visages. Il y en a qui sourient, il y en a qui ne sourient pas…

Qu’est ce que tu as envie de répondre aux gens qui disent que c'est dark? 
Dark, c'est propre à chacun. Mais, dark, oui, ça l’est, parce que la vie n'est pas simple. Je pense que l'esprit de tout le monde est un peu habité par des choses qui ne sont pas très joyeuses. Mais, je vais mettre une touche de couleur au minimum quand même, une note d'espoir dans tout ça. Je pense que dans la noirceur, il y a moyen d'avoir des éclaircies ou même des sourires. Même si tout ce qui m'entoure, ce qui m'habite n'est pas très coloré, c’est cool. 
Et puis j’apprécie vraiment le noir. Il est beaucoup plus impressionnant que le clair pour moi.

Parlons de l'expo. Alors, déjà, pourquoi ce titre, “Viens voir si tu t’y retrouves”?
Parce que justement, il y a énormément de visages, de détails. Et c'est ce qu’il se passe dans mon expo. Tu vois, il y a moyen que tout le monde se retrouve un peu dedans. Il y a énormément de choses différentes, et puis c'est tellement mêlé, entremêlé, qu’on peut prendre le temps pour déchiffrer un peu tout ça et essayer de s’y retrouver.

C'est vrai que c'est très contemplatif, on pourrait rester des heures devant tes tableaux. Quelle a été la réaction du public?
Et bien justement, qu’il serait bien resté plus longtemps pour essayer de décortiquer tout ça plus en profondeur. Qu’il faut prendre le temps, qu’à chaque fois qu’ils ont refait le tour de l’expo et qu’ils repassent devant un tableau qu’ils ont aimé, ils retrouvent encore d’autres choses, d’autres détails, qui les motivaient à regarder encore. Et donc la plupart des gens ont fait plusieurs fois le tour pour retrouver encore d'autres choses qui ressortent.

Ton parcours est assez fulgurant; tu commences à peindre il y a un an, et puis tu exposes au centre culturel de Pont-à-Celles aujourd'hui. Comment tu expliques ça ? Et est-ce que tu as envie de donner des conseils à ceux qui manquent peut-être d'audace pour se lancer?
C’est trop tôt pour pouvoir donner des conseils. C’est le centre culturel qui m’a contacté pour me proposer d’exposer. Moi je n’avais du tout ça en tête parce que je commence à peine. Un jour, j’ai reçu un mail dans ma boîte me proposant d’exposer parce que mon travail est décalé. J’ai dit oui, j’ai pris la balle au bond… Mais l’idée n’est pas de moi à la base… Tu vois, je ne pourrais pas donner des conseils alors que c’est aussi surprenant pour moi!
À part de dire de suivre ses envies et d’aller au bout de ses idées… J'ai eu de la chance que ça me soit arrivé, et je donnerai des conseils plus tard, si ça continue, parce que là c'est pas possible.

Tu as encore des projets pour exposer dans le futur?
Bein non, pas vraiment. Je pense que c'est celle-ci qui va faire qu’on puisse me contacter. Comme je suis assez timide, je me vois mal contacter les gens pour pouvoir aller exposer. Mais plus les choses avancent, plus je prends confiance. 
Je vais encore dessiner bien sûr, j’ai encore plein de belles choses en moi que je veux mettre sur planche… Donc, oui, j’espère qu’il y en aura encore. Et puis cette expérience est vraiment intéressante donc peut-être que je vais me lancer pour aller me proposer de moi-même…

Tu as récemment reçu le certificat officiel de La Pinacothèque, dans le cadre du Luxembourg Art Prize, qui est un concours artistique annuel international. Tu peux nous en parler ?
Ouais, ça aussi c'est surprenant! C’est mon épouse et un ami qui m'ont encouragé à présenter mes tableaux à ce concours. C’est étalé sur toute l’année, pour que le jury puisse voir l’évolution des artistes. Mais ça m’est un peu sorti de la tête donc j’ai pas vraiment fait le suivi toute l’année… Il y a trois gagnants parmi les finalistes et puis le jury délivre un certificat aux artistes qui leur ont tapé dans l'œil… Et apparemment, j’en faisais partie… ça me motive parce que c’est une reconnaissance qui pour une fois ne vient pas de mes amis, donc qui est plus objective. Et ça me donne de la confiance pour présenter mes prochaines œuvres au public.

Pour suivre l’actu de Vinz Cent, rendez-vous sur sa page facebook @VinzCentUnderdogs

Publié le 14 Février 2023 par
@Rockerill - Axel Pics
@Rockerill - Axel Pics

Tu vas kiffer aussi

Thomas

Thomas Jakubczyk de Laminoir Collectif : le jazz fusion à l'honneur

PitchCafé

Le PitchCafé au Vecteur : retour sur 6 projets ambitieux

Gerda Van Damme

Gerda Van Damme : une artiste avec une approche pluridisciplinaire

chatelet et son fantome

Expo Waljé : un voyage dans l’univers d’un peintre expressionniste wallon

Femmes de Mars

Femmes de mars : une soirée de clôture riche en émotions

Ninon Cobergh

Ninon Cobergh : quand le pastel sec donne vie aux émotions

Christophe Bedin

Méduse et le féminisme : une exposition aux multiples facettes

Sur le pont

Sur le pont : des rencontres qui changent une vie

Gaëlle Solal

Concert de Gaëlle Solal – Tuhu : une invitation au voyage

Quentin

Queer : une exposition photo qui célèbre la diversité

Zzzz...la politique de la pastèque

Zzzz... la politique de la pastèque : Quand les discours du passé éclairent l'avenir

Femmes de Mars

Femmes de Mars : l'art de célébrer et de revendiquer

Grande Fabrique du Carnaval

Rencontre avec les artisans de la Grande Fabrique du Carnaval

Thomas et Julien Hucq - live music et visuals arts

Fusion artistique au live music et visual arts des frères Hucq

Throne/First and Last and Always - (Reasons to Be Cheerful, Pt. 7) - Banks Violette

The bees made honey in the lion’s skull, la rétrospective incontournable sur Banks Violette

Loris Legnaro et David Dumont

La paternité mise à l’honneur avec « Darons »

Chris. DC et ses tableaux

Immersion dans l’art fluide avec Chris. DC