Credit photo: DR / Interview: Thomas Leodet

Laura Curado est sociologue et enseignante. Cinq ans après sa participation à The Voice Belgique, elle sort son premier EP, intitulé Azulado Vibes.

Laura, d’où te vient cette passion pour la musique ?

Enfant, je chantais énormément. A l’école primaire, il y avait des spectacles et on me demandait de prendre la place solo. Je ne comprenais pas pourquoi et il a fallu le temps que je capte que je chantais quand même bien ! A l’âge de 10 ans, il y a eu une expérience en studio avec un enregistrement de chansons pour enfants. A la maison, on écoutait beaucoup de choses. J’ai grandi dans un milieu religieux où il y a toujours une préparation d’un événement où la musique et l’occasion de monter sur scène étaient présents.

Quelle fut la suite de ton parcours artistique ?

Vers l’âge de 20 ans, j’ai créé un groupe qui s’appelait Elijah. C’est là que j’ai compris que je savais composer très vite. Les chansons étaient en anglais et en portugais. Chacun est ensuite parti dans son coin. On m’a par la suite encouragée à tenter ma chance à The Voice. Au départ, j’avais des a priori sur le télécrochet. Ceux qui m’ont donné envie d’y aller étaient Loïc Nottet et Alice on the roof. J’avais envie de rejoindre l’équipe de BJ Scott qui est une personne très humaine et bienveillante. Je voulais vivre une expérience avant tout et je suis allée jusqu’en quart de finale. 

L’anglais est une langue que tu maîtrises parfaitement.

On peut toujours faire mieux mais pour l’accent, je fais très attention. Il y a beaucoup d’anglophones dans les églises que je fréquentais au Portugal et je pense que mon intérêt pour les langues vient de là.

Quel fut l’après « The Voice » ?

Différents groupes sont venus vers moi, j’ai eu quelques demandes. Ensuite, j’ai participé à une comédie musicale qui s’appelait « Hercule ». C’est un très bon souvenir et une super expérience. J’ai ensuite créé la musique originale du film belge et carolo AB Negative, avec Rallo Myz, à la fois ingénieur son, arrangeur et artiste connu sous le blaze de Trɛiz3. Rallo est quelqu’un de très rigoureux, c’est un pharmacien dans la vie active. Pour ce genre de travail sur le son, il faut quelqu’un d’organisé. Il m’a donné beaucoup d’espace pour créer, ce qui m’a donné envie de réaliser mon projet perso avec lui.  

D’où vient l’idée première de cet EP ?

Azulado Vibes est né d’une première expérience que j’avais eue dans un salon du bien-être où il y avait un stand de photographie Kirlian qui permet de déterminer la couleur de l’aura autour de soi. La mienne était bleue turquoise qui est une de mes couleurs préférées. De là est parti ce projet autour du bleu. En plus, au Portugal, il y a une culture autour des Azulejos qui sont des petits carrelages bleus. C’est donc une association d’idées, avec mon nom de famille. 

On peut donc parler d’un projet vraiment personnel.

Ca a été une libération pour moi car je ne me suis jamais autant amusée en musique en étant vraiment moi-même. J’ai commencé à faire des collages d’images qui ont fait émerger des émotions qui m’ont donné envie d’écrire cinq thèmes de chansons. J’ai encore quatre autres projets dans la même logique de voyage intérieur. Je pense que beaucoup de gens peuvent s’identifier aux idées. 

Quelques mots sur les titres ?

La première chanson que nous avons composée est Pillow. Il y a énormément de couches musicales dedans. C’est une chanson qui parle de la dépression et de ses effets. Nunca Mais est aussi une référence à ma vie personnelle. L’inspiration est fado, et en particulier en référence à Amália qui est une des plus grandes chanteuses portugaises. La première phrase veut dire : « C’est la volonté de Dieu que je vive dans cette anxiété ». Il y a une évolution du fatalisme vers le « plus jamais ».

Bet the night est une chanson sur la période de Bruxelles où tu sors en boîte en te faisant tout un film sur ce qui va se passer et en fait, il ne se passe rien. Universe in me est plus mystique, philosophique. Apprendre à se connaître est un voyage de tous les jours. 

Quel est ton souhait actuellement ?

J’aimerais trouver des musiciens qui ont compris mon univers pour m’aider à réaliser la version live du projet. Mon rêve serait de filmer et enregistrer un concert acoustique dans le style des « Tiny Desk Concert » pour diffuser ma musique toujours plus loin.

Tu vas kiffer aussi

La belle course de Dany Boon est passée par Charleroi

La belle course de Dany Boon est passée par Charleroi

Sixmille.be a un an : ça se fête !

Sixmille.be a un an : ça se fête !

Entre électro, rap et pop, Scène sur Sambre, le retour en force !

Entre électro, rap et pop, Scène sur Sambre, le retour en force !

Ilario, entre passion et hilarité

Ilario, entre passion et hilarité

Mono Siren, pour un concert dans la moiteur d’un soir d’été…

Mono Siren, pour un concert dans la moiteur d’un soir d’été…

Eté Divert’, c’est parti !

Eté Divert’, c’est parti !

Fête de la musique électro à Compo

Fête de la musique électro à Compo

High Trees, nouvelle pousse musicale à découvrir

High Trees, nouvelle pousse musicale à découvrir

Un livre pour se sublimer

Un livre pour se sublimer

Jean-Jacques Rousseau, à jamais vivant

Jean-Jacques Rousseau, à jamais vivant

Something is rotten in the state of Denmark, but… pas dans cette version d’Emmanuel Dekoninck

La mécanique de la biodiversité

La mécanique de la biodiversité

Gravidam, le dernier-né de Brandon Gotto

Gravidam, le dernier-né de Brandon Gotto

Femmes de Mars - Les femmes s'en mêlent

Femmes de Mars - Les femmes s'en mêlent

Catherine Jandrain, la belle imprévue venue des States

Catherine Jandrain, la belle imprévue venue des States

Les Femmes de Mars en action

Les Femmes de Mars en action

Si les cinés de Charleroi nous étaient contés

Si les cinés de Charleroi nous étaient contés